L'écriture vietnamienne d'aujourd'hui

Publié le 25 Juillet 2007




                     L'écriture vietnamienne d'aujourd'hui  



Le quốc ngữ n'est pas la plus vieille écriture du Viêt Nam, loin de là. Il a en effet remplacé d'anciennes écritures locales, comme le chữ nôm, système d'idéo-phonogrammes formés à partir des sinogrammes et utilisé entre le IIe siècle av. J.-C. et le XXe siècle de l'ère chrétienne, ainsi que le chữ Hán, « écriture chinoise », (ou chữ nho, « écriture savante »), qui est simplement du chinois classique ; la langue chinoise a en effet été celle de l'administration et du pouvoir pendant la domination chinoise (de 111 avant l'ère chrétienne à 939 de l'ère chrétienne et pendant la dynastie des Nguyễn qui a accédé au pouvoir en 1804, suite au coup d'État mené par celui qui allait devenir l'empereur Gia Long, et l'a officiellement quitté en 1954, date de l'abdication de Bảo Đại).

Dès 1527, des jésuites portugais en mission d'évangélisation au Viêt Nam ont commencé à utiliser l'alphabet latin (en fait principalement dans sa version portugaise) pour écrire la langue locale. C'est le jésuite né à Avignon, Alexandre de Rhodes (1591-1660), qui a compilé, amélioré et systématisé les systèmes de transcription de ses prédecesseurs missionnaires, notamment Francisco de Pina, entre 1624 et 1644. Son premier ouvrage imprimé dans l'écriture latinisée actuelle est un dictionnaire vietnamien-portugais-latin paru en 1651, reprise d'un dictionnaire portugais-vietnamien de Gaspar do Amaral et António Barbosa.

Cette transcription, devenue très populaire, a acquis le statut d'orthographe officielle de la langue en 1918 dans le système scolaire français destiné aux indigènes (en concurrence jusque là avec les deux autres écritures) sous la pression des colons français souhaitant :

  • déraciner les mouvements indépendantistes liés à l'intelligentsia écrivant en caractères chinois ;
  • obtenir rapidement des interprètes, relais de l'action des colonisateurs.

Le quốc ngữ a été un outil de démocratisation de l'éducation, puisque plus simple à apprendre que l'écriture vietnamienne traditionnelle qui réclame un aprentissage préalable du chinois. Il est l'écriture officielle des administrations vietnamiennes depuis 1954. Le chinois ayant été conservé dans son statut de langue officielle de l'administration impériale par les colonisateurs.
   
Source : Wikipédia


  

Rédigé par Dominique TRẦN

Publié dans #La langue vietnamienne

Repost 0
Commenter cet article

PHAN NGUYEN Thai Phong 21/02/2009 19:23

Vous vous êtes trompée. Ce n’est pas Alexandre de Rode qui a inventé le vietnamien mais c’est Pierre Joseph Georges Pigneau de Behaine qu’on appelle sousvent sous le nom vietmamien Bá Đa Lộc. C’es à vous maintenant de chercher à lire sur internet.

Nhạc Việt Dominique 21/02/2009 19:53



Bonsoir PHAN NGUYEN Thai Phong,

C'est à vous de lire mon article je n'ai jamais dis qu'Alexandre de Rhodes a inventé le vietnamien "d'antan" mais il l'a latinisé, par ailleurs Alexandre est né en 1591 et est mort en
1660.
Quand à Pierre Joseph Georges Pigneau de Behaine il né le 2 novembre 1741 et mort au Vietnam le 9 octobre 1799.
S'il a inventé le vietnamien il est drôlement fort !!!.